Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 06:19

Il y a quelques semaines (et cela semble déjà une éternité), l'Europe poussait la candidature de Christine Lagarde à la tête du FMI pour qu'un Européen, forcément sensible au sort de la Grèce et des autres pays en difficulté de notre continent, dirige l'institution par laquelle la solution semblait vouloir venir. Aujourd'hui, les pays membres ne parviennent pas à se mettre d'accord sur un nouveau plan d'aide à ce pays sinistré, qui n'en finit pas de sombrer, malgré les plans d'austérité précédents. De là à conclure que les potions que l'ont a fait avaler aux Grecs ont été indigestes au point d'aggraver la santé du malade, il n'y a pas des kilomètres. D'autant que, de l'autre côté de l'Atlantique, la santé du malade américain n'est pas meilleur: atteignant la limite autorisée de son découvert (comprenez le seuil maximal d'endettement prévu par la loi américaine), les Etats-Unis sont dans l'oeil du cyclone et sont menacés par les agences de notation, qui continuent de faire la loi sur la planète finance. Ainsi, si le pays ne réhausse pas son découvert autorisé, les notes vont baisser et les taux d'intérêt grimper: l'administration Obama, coincée par la majorité républicaine à la Chambre (qui prend un malain plaisir à jouer avec le feu), serait contrainte d'engager un nouveau plan de rigueur, s'ajoutant au précédent. Faut-il que nos élites, et les commentateurs, soient à ce point aveugles et enfermés dans leurs certitudes pour ne pas comprendre que les solutions expérimentées depuis plus de deux ans n'ont pas d'efficacité? Va-t-il falloir que le chômage reparte à la hausse (oups, c'est déjà le cas) pour que le gouvernement français comprenne qu'inscrire dans la Constitution l'impossibilité de voter un budget non équilibre ne résoudra pas la situation de la France (qui se dégrade)?

 

C'est la faute à Bruxelles, se réjouiront quelques-uns. La preuve? Les pays sont tellement désorganisés par cette crise et préoccupés à sauver leurs propres meubles qu'ils ne peuvent s'accorder sur la date d'une réunion extraordinaire du Conseil... finalement fixée au jeudi 21 juillet ! Usons d'une métaphore. L'eau menace de rentrer dans la grande maison "Europe" et chaque locataire préfère surélever ses meubles plutôt que se remonter les manches et construire une digue, même éphémère, autour de la bâtisse avant que l'eau ne rentre ! Ce qui se passe, en ce moment, avec un Président du Conseil européen invisible et inaudible (pourtant, on tend l'oreille !), est dramatique. La belle idée européenne s'envole chaque jour un peu plus. Les responsables politiques en place, a priori europhiles, ne se battent plus, ne semblent plus y croire et subissent. Quand, dans le même temps, les europhobes fleurissent sous des étiquettes électorales qui plaisent à des peuples fatigués d'attendre une solution miracle qui ne vient de nulle part ! Pourtant, l'idée européenne n'est pas encore tout à fait morte. Les plus euro-enthousiastes (dont je suis) refusent la fatalité: moins que l'idée, ce sont les actuels dirigeants européens qui sont en cause... et pire que le mal actuel, les nationalistes ne sont pas la solution. Plus que jamais, le vote Le Pen m'est étranger. Ce qui me fait tenir? L'idée que les gouvernements conservateurs, actuellement majoritaires, vont finir par couler, faute d'avoir résolu une crise car leurs potions libérales aggravent la situation. L'espoir qu'une nouvelle génération d'hommes et de femmes politiques, plus progressistes, finissent par prendre le pouvoir. Le devoir de continuer à se battre pour un rêve européen qui profitera à nos enfants, ces collégiens qui, chaque fois que je leur parle d'Europe ou de Turquie dans l'UE, entament le dialogue, veulent en savoir plus, avancent des arguments. La chose européenne les mobilise et, pour eux, il ne faut pas baisser les bras !

 

Dès lors, que faire? Aller à rebours de la bien-pensance. Si nous sommes dans cette situation, c'est que les solutions qui nous sont vendues ne sont pas efficaces et que les arguments qui nous avaient convaincu il y a des années étaient bidons, faussés. Ma principale proposition: accélérer l'élargissement et arriver, le plus tôt possible, à l'UE parfaite qui nous permettra de lutter efficacement contre les méfaits de la mondialisation. J'entends déjà les critiques de ceux qui me diront: "Vous êtes fous. Les dix entrants de 2004, l'UE n'a pas fini de les digérer. L'écart entre pays riches de l'ouest et pauvres de l'est étaient trop grands. Il faut stopper les élargissements et procéder à une harmonisation accélérée des 27 déjà entrés". A ceux qui seraient tentés de m'écrire cela, inutile ! Ce sont précisément les discours bien-pensants que j'évoquais plus haut et que je veux combattre aujourd'hui... Alors, prenez plutôt le temps de lire la suite et examinez mes arguments ! Les voici:

1- Quitte à devoir réduire l'écart qui, à l'intérieur de l'UE, existe entre les plus riches et les plus pauvres (je parle des pays, pour l'instant), autant intégrer les pays désireux d'entrer dans l'UE pour ne faire cette opération qu'une seule fois. A quoi bon aider les ex-pays de l'est à rejoindre un niveau de revenus acceptable s'il faut renouveler l'opération, dans 5 ou 10 ans, avec les Etats des Balkans?

 

2- Plutôt que demander à ces pays non-membres, pour la plupart économiquement faibles (et fragilisés par la crise), de faire les efforts avant d'entrer dans l'UE, faisons un pari fou: laissons les entrer, mettons nos compétences et un peu de nos moyens financiers pour les aider à se réformer. Deux avantages à un tel système: 1- la notion de solidarité s'exprime pleinement en prenant, sous nos ailes, des pays faibles que l'on aide à se "moderniser"... à nos côtés, en non à côté; 2- on freine le développement du sentiment anti-européen qui finit par s'installer, comme en Turquie.

3- Faisons en sorte que tous les Etats du continent européen appartiennent, au plus vite, à l'UE, à l'espace Schengen (libre circulation sans contrôles au frontières) et à l'€uro (pour tous les pays sans exception). Y compris la Suisse, la Norvège... ceux, qui jusque-là, refusaient. Pour les convaincre, un argument: tous unis, nous serons plus forts face aux dégâts de la mondialisation. En construisant une Europe véritablement uniforme (sur tous les plans - ce qui nécessitera un salaire minimum communautaire ou des rééquilibrages fiscaux pour limiter toute forme de dumping intérieur), nous nous donnons une chance de nous protéger des menaces venues de l'extérieur. Ainsi, des droits de douane uniques à toutes les frontières extérieures ou encore une surveillance efficace des côtes face aux migrants illégaux redonneront sens à l'Europe. Il faut que nous nous donnions une chance... et un délai. Disons qu'à l'horizon 2025, cette UE parfaite doit être mise sur pied. En cas d'échec, chaque pays pourra se retirer, regagner sa monnaie nationale... en donnant le poids de la décision aux peuples ! Voyant où en est l'UE, pourquoi ne pas tenter quelque chose?

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans L'actualité de l'UE
commenter cet article

commentaires

pelion 05/08/2011 11:43



Bonjour Aurélien..!


Cela faisait longtemps..que je ne t'avais lu et que je n'ai pas écrit un peu..(le travail, le temps qui passe la vie quoi..) 


Et bien aussi il faut dire que l'actualité va toujours plus vite et qu'il est difficile de garder la  tête sur les épaules et de prendre le temps de réfléchir.


Le spectre de la très grande crise, celle des nations est en train d'arriver, tous les experts un peu honnêtes en on parlé (Mr Cohen en l'occurence) sur tous les plateaux de télévision en
2008/2009...et trois ans plus tard...


Maintenant seulement on commence à entendre sur les mêmes ondes, " il faut faire une fédération d'Europe"...les USE...ou plutot déja une gouvernance économique, avec un seul patron de la dette
des nations européennes...tiens tiens..et derrière des peuples qui souffrent, car la réduction de ces dettes maintenant et bien il va falloir la payer et donc la digérer...et toutes les
classes sociales devraient avoir à payer, ce qui n'est pas le cas ou peu présent dans les propositions..


D'accord et pleinement d'accord avec toi sur le fond, et oui la tendance nous y pousse, je veux dire le bon sens, la logique et certains spécialistes, sauf que ..sur la forme, tu sais comme
moi, que les peuples et donc leurs représentants, ne veulent pas prendre ce risque..et assumer cette responsabilité.. la grande crise mondiale va s'en donc charger à mon sens et très très
durement.


J'ai une opinion trsè dure quant aux Tea party américains et autres républicains qui par une irrésponsabilité gigantesque laisse couler le navire...car les citoyens américains vont découvrir que
les dettes se payent et que le crédit n'est qu'un système virtuel, c'est toute la société américaine qui va basculer, dans son mode de considération de son statut de puissance (nous faisons ce
que nous voulons...nous consommons sans payer ce que nous voulons, nous polluons comme nous l'entendons...) le cataclysme financier ne fait que commencer, et je pense sincèrement que  les
états-unis d'europe ont une vraie chance de naitre, dans une tourmente terrible certes, mais l'Union Européenne actuelle ne l'oublions jamais est née de la seconde guerre mondiale, de la
perte de statut de puissance du 19ieme (GB, France et Allemagne) et de la nécessité de faire la paix, mais aussi de survivre au nouvel ordre américain et soviétique qui naissait.  


Je ne suis pas sûr que ta méthode sur la forme soit la bonne, mais l'accouchement se fera dans la douleur c'est évident, à moins qu'une autre guerre..toujours possible soyons vigilants.


Amicalemenmt


Pelion


 


 


 



Aurelien Royer 11/08/2011 16:28



Bonjour Pelion,


 


Mêmes constats: le manque de temps, la vie privée et professionnelle, les faits d'actualité qui s'enchaînent à une vitesse folle (ce sera une marque de l'année 2011 !) m'ont aussi éloigné du
blog... Aussi bien du mien que du tien, d'ailleurs !


 


Je te rejoins, comme toujours, sur le besoin d'une "vraie" Europe qui finira par apparaître. Ce qui me désole, c'est de voir les dirigeants européens observer la situation, attendre de voir ce
qui se trame outre-Atlantique et ne pas prendre les devants. Depuis des mois, ils ne font que subir et aucun (où est Van Rompuy?) ne semble préférer prendre les devants... Faut-il attendre le
cataclysme que tu annonces pour réagir?


 


Je trouve hallucinant cette incapacité à réfléchir autrement qu'à court terme. Je sais bien que la crise suppose du sang froid et des réponses qui permettent de repousser de grandes catastrophes
économiques ou sociales. Mais, s'en prémunir en agissant radicalement, sachant que quoi qu'il arrive, les pires sacrifices soient inévitables: je croyais qu'il s'agissait là de la définition de
la politique ! Il faut croire que "non".


 


Au plaisir de te lire, mes amitiés !