Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 18:16

Vous voulez un résultat définitif du second tour des primaires citoyennes? Dans le bureau de vote de Saint-Gobain (Aisne, pour le canton de La Fère), où j'ai voté à 18h50, les résultats sont les suivants:

Vainqueur: François Hollande avec 53,6% des voix (143 suffrages sur 267 exprimés); perdante: Martine Aubry recueille 46,4% des suffrages exprimés (124 sur 267).

 

Autre information: la participation est, comme dans de nombreux bureaux de vote à travers l'Hexagone, en progression. Alors que 222 personnes s'étaient déplacées dimanche dernier, nous avons été 270 électeurs du canton à nous rendre aux urnes, cette fois-ci (soit une progression de 21,6%). Toute la journée, l'affluence est restée constante, signe d'un intérêt certain (voire graphique ci-dessous).

 

Primaire-St-Gobain.jpg

 

Ce scrutin est l'occasion de faire quelques calculs et d'en tirer des conclusions politiques. François Hollande, qui a reçu le soutien des quatre candidats éliminés du premier tour (à titre individuel ou via des consignes de vote qu'ils ont adressé à leurs supporters), aurait dû obtenir 68% des suffrages dans le La Férois, soit l'addition des scores des cinq ex-challengers de Martine Aubry. Seule, sans nouveaux soutiens affichés, celle qui redeviendra Première secrétaire du PS dès demain n'aurait pu espérer dépasser 32%. Or, avec plus de 46%, la maire de Lille enregistre une progression de 14% alors que le président de la Corrèze voit son score gobanais progresser d'à peine 10%. Conclusion? Le report des voix et les suffrages des nouveaux électeurs bénéficient à la candidate que je soutenais... ce qui montre qu'elle était la mieux placée pour créer une dynamique de rassemblement, y compris au-delà des frontières du PS ! Dont acte.

 

Prenons un pari: l'écart 56-44, annoncé par les chaînes d'information continue depuis 19h45 (sur la base d'à peine 30% des bulletins dépouillés), pourrait bien être plus faible. François Hollande, qui devrait l'emporter, pourra-t-il lancer une dynamique positive? Probablement, dans la mesure où il a déjà opéré le rassemblement de ses anciens adversaires... Il ne lui restera qu'à convaincre les électeurs de sa compétitrice de le soutenir. Pour cela, il devra lever certaines zones d'ombre sur son projet en concrétisant nombre de ses positions. Pour ma part, j'adopterai à son égard la même attitude qu'à l'époque du tsunami DSK. Avant l'affaire Sofitel, alors que sa candidature devenait une évidence, je finissais par me rallier à la candidature Strauss-Kahn, sans plus d'enthousiasme. Je me disais alors qu'il ne gouvernerait pas seul et que, en rassemblant socialistes et gauche plurielle, il allait infléchir certaines de ses positions libérales. Ce soir, s'il gagne, François Hollande deviendra mon candidat "naturel" à la Présidence de la République...

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans La vie du Parti Socialiste
commenter cet article

commentaires

sandra 17/10/2011 18:55



Hollande, ton candidat "naturel" pour 2012? Même avec des guillemets, je ne te suis pas.  Faute de grives, on mange des merles, c'est ça?... Voter sans enthousiasme? Ah! Ca non!...



Aurelien Royer 19/10/2011 21:42



On a déjà pu en discuter. Je complète ma réponse. Je crois que le temps de la primaire doit céder sa place au temps de la présidentielle.


 


Pour la primaire, tu as pu constater que Hollande n'était pas mon choix. Avec cinq autres candidats, je lui ai préféré Ségolène puis Martine. Pour les raisons que j'ai développé ici.


 


Mais, maintenant qu'il a été choisi par une majorité de citoyens (une belle majorité avec une belle participation pour un scrutin aussi inédit), je ne peux que le soutenir car, parmi les
candidats supposés à la présidentielle, il est celui qui est le plus proche de mes idées et de ce que je souhaite pour le pays.


 


En tout cas, tant que la campagne n'est pas lancée... En effet, dès que les débats seront lancés et que les projets des uns et des autres seront sur la table, je ne m'interdit pas de choisir
quelqu'un d'autre au 1er tour. Une chose est (quasiment) certaine: je voterai Hollande au 2nd tour quand il devra gagner face à Sarkozy !


 


Pour te rassurer, et te montrer que mon choix n'est pas fait, sache qu'après avoir lu les bouquins de Montebourg et Ségolène, et après parcouru celui (plus dense) de Valls, c'est le Librio de
Mélenchon qui m'attend sur ma table de chevet. Je pense le lire pendant les vacances. Et, dès que celui de Bayrou sera disponible, je ferai de même.


 


Hollande est donc, à ce jour, mon candidat "naturel" (d'où les guillemets)... Mais, cela peut donc encore changer !



malou 17/10/2011 11:54



Et bien il a gagné et va désormais nous proposer son projet présidentiel. Nous serons d'accord avec certains points en désaccord avec d'autres mais de toute façon c'est un socialiste qui
devra gouverner au centre gauche s'il veut agréger les votes Bayrou. Cette fois pas de tergiversations, que le PS ne nous refasse pas le coup de 2007, laissant un boulevard à Sarko qui est notre
seul adversaire avec Lepen. N'utiisons pas ce joli prénom de Marine qui lui donne une apparence un trop sympathique (sourire narquois) Amitiés salines.



Aurelien Royer 19/10/2011 21:32



Bonsoir Malou,


 


L'avantage Hollande, vous le soulignez, c'est qu'il peut capter le voix des électeurs centristes qui, en 2007, avaient été séduit par le discours de Sarkozy et qui, cette fois, ne sont pas prêts
à revoter pour lui. Cet électorat a besoin d'être rassuré: il est prêt à des sacrifices, estime la rigueur nécessaire et accepte des concessions (réforme fiscale, par exemple)... sans pour autant
tomber dans le gauchisme. Et, ceux-là, Hollande peut les rassurer.


 


L'inconvénient Hollande, c'est qu'en rassemblant vers le centre, il laisse le champ libre sur sa gauche. Non que le risque de voir un des autres candidats (Joly, Mélenchon) lui passer devant au
premier tour... Mais, avec des positions peu radicales, le député de Corrèze pourrait ne pas accrocher le vote de catégories populaires qui, soit en s'abstenant, soit en se faisant pièger une
seconde fois par Sarko, pourraient priver le candidat socialiste de l'Elysée.


 


Hollande va devoir opérer un grand écart, qui devrait être facilité par les soutiens qu'il a reçu (de Valls à Montebourg, toutes les tendances du socialisme sont représentées). Opérer un tel
rassemblement constitue son principal défi.


 


A bientôt sur Jes6 !