Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 07:07

Au début de l'été, après le dernier Conseil des ministres, Jean-Marc Ayrault a donné aux ministres une feuille de route: en plus des nécessaires économies budgétaires (en réduisant les dépenses inutiles, notamment de fonctionnement), le chef du gouvernement a fixé quelques priorités pour le véritable début du quinquennat. En effet, les 100 premiers jours qui suivent l'élection ne constituent qu'une sorte de période d'échauffement et de prise de repère: alors que les précédents Présidents avaient utilisé cette période pour prendre des décisions symboliques qui donnent la tonalité du quinquennat, F. Hollande ne s'est pas précipité (voir l'article concerné en cliquant LA). Les choses sérieuses débuteront en septembre et la première année législative (septembre 2012-juin 2013) sera donc celle de la mise en place des priorités du programme présidentiel. Parmi elles figure en bonne place une nouvelle politique familiale... marquée, pour l'instant, par l'autorisation du mariage et de l'adoption pour les couples de même sexe !

 

Sujet délicat. Délicat car clivant: c'est typiquement le sujet qui divise les Français, la classe politique et qui peut même provoquer l'incompréhension d'une partie de la population. Preuve en est la réaction de bon nombre de catholiques qui, à l'image de l'Eglise (en tant qu'institution), s'opposent au projet gouvernemental... au nom d'une conception pluriséculaire et traditionnelle de la famille. Pour eux, la famille repose sur l'union d'un homme et d'une femme (devant Dieu) dont le but est de procréer en laissant faire la nature. Cette conception est respectable et, longtemps, je me suis opposé au projet de mariage homosexuel, estimant que le mot "mariage" était attaché à une union sacrée d'un couple hétérosexuel... tout en militant pour une union civile pour couples de même sexe avec autant de droit qu'un mariage civil ! La contribution catholique à ce débat (nécessaire, dans la mesure où l'Eglise est régulièrement consultée en tant que "force vive") m'a permis de comprendre que, plus que le mariage homosexuel, c'est l'homoparentalité qui pose problème aux catholiques: car, plus que l'union devant le maire de deux hommes ou deux femmes, c'est le fait qu'un enfant n'ait pas "l'amour d'un père et d'une mère" qui les heurte. Or, si l'indignation catholique ne doit pas empêcher la majorité d'aller au bout de son projet, elle doit permettre au gouvernement de construire le projet le plus juste et consensuel possible. Les sujets de société étant extrêmement complexes, il faut donc utiliser la contribution de tous.

 

Au pouvoir pendant dix ans, la droite n'a rien changé sur ce dossier... préférant attendre la campagne électorale pour, par la voix du candidat Sarkozy, promettre de nouvelles avancées. En réalité, la dernière véritable avancée en la matière date des années Jospin: la dernière fois que la gauche était au pouvoir, elle a donc créé le PACS, initialement destiné à ces couples (pour leur accorder des droits juridiques nouveaux) et finalement très prisé des couples hétérosexuels. La prochaine véritable avancée devrait donc de nouveau provenir d'un gouvernement de gauche qui, imitant plusieurs pays européens, devrait donc accorder des droits supplémentaires, fondamenteux, pour des couples qui, aujourd'hui, ne sont pas les égaux des autres. Ainsi, dans un dossier consacré aux familles du XXIème siècle (dans la revue de la mutuelle MGEN), le témoignage de deux femmes vivant ensemble depuis 12 ans est révélateur: "Nous avons un fils de trois ans, que j'ai [Béatrice] porté. Mais, légalement, je suis son seul parent. Nous souhaitons avoir un autre enfant, donc ma compagne [Sandrine] assurera la grossesse. Cependant, au regard de la loi, nos deux enfants ne seront pas frère et soeur. Et lorsque je décéderai, seul celui que j'ai porté sera héritier. Mon deuxième enfant devra, lui, se contenter de mes dispositions testamentaires, sur lesquelles 40% de droits de succession seront prélevés".

 

On le voit; deux conceptions s'affrontent dans une société qui avance plus vite que les règles juridiques. D'un côté, certains s'attachent à une conception traditionnaliste de la famille... qui ne correspond pourtant plus à la réalité vécue par les autres. Les stastiques le prouvent: près de 30% des enfants ne vivent pas avec leurs deux-parents, tandis que s'accroît la part des familles monoparentales (souvent une mère et ses enfants), homoparentales (300.000 enfants vivraient dans ce cadre en France) ou recomposées (avec beau-père ou belle-mère, qui n'ont aucun droit juridique sur les enfants qui ne sont pas les leurs... alors que 83% des Français se déclarent favorable à l'établissement d'un tel statut). L'Etat, "dont la fonction est de protéger les personnes" (dixit le magazine précédemment cité), se doit donc de prendre les dispositions nécessaires à l'établissement de l'égalité entre tous les citoyens, quelle que soit leur orientation sexuelle: ainsi, il est nécessaire de garantir aux homosexuels une forme d'union (qu'elle s'appelle "mariage" ou non) donnant les mêmes droits au conjoint que pour un couple hétérosexuel marié. Quant au droit d'adoption, les couples de deux femmes ayant plus de facilité à avoir un enfant que les couples de deux hommes, il semble tout aussi nécessaire de le leur accorder... Principal argument, donné par une catholique pratiquante, interrogée à la sortie de la messe du 15 août: "Un enfant a surtout besoin d'amour, qu'il lui soit donné par un homme et une femme, un seul homme, une seule femme, deux hommes ou deux femmes" ! Bingo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Cohésion sociale
commenter cet article

commentaires