Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 08:21

Pour faire suite aux articles postés hier, j'aimerais aller un petit peu plus loin aujourd'hui en ajoutant à la mesure-phare de @Nouvelle_Donne (réduire le temps de travail hebdomadaire pour partager l'emploi, remettre en activité les précaires, augmenter le nombre de cotisants et réduire le nombre de bénéficiaires des aides sociales) d'autres pistes qui pourraient relancer la machine économique.

 

Ces quelques mesures, qui méritent discussion, n'engagent pas ce mouvement et ne sont que le fruit de ma réflexion citoyenne:

1- Proposer aux entrepreneurs une baisse progressive des charges qui pèsent sur l'emploi (aussi bien patronales que salariales) au fur et à mesure des nouvelles embauches. En clair, chaque fois qu'une entreprise embauche, les charges baissent. Plus elle embauche, plus les charges baissent sur tous les salaires. En revanche, le projet, déjà énoncé (par exemple, par M. Bayrou), d'une baisse à zéro charges pour toute nouvelle embauche ne me convient pas, dans la mesure où elle prive nos caisses de solidarité d'argent dont on a toujours besoin pour maintenir dans la dignité les chômeurs, les malades, les familles nombreuses ou les mères célibataires.

2- Baisser la TVA pesant sur les produits "made in France" à son niveau le plus bas (5,5%) afin d'en réduire le prix de vente. Ces produits, qui garantissent le maintien d'emplois dans notre pays, deviendraient ainsi plus accessibles.

3- Baisser l'impôt sur les entreprises en fonction de trois critères précis: baisse de la rémunération des actionnaires au profit d'investissements massifs dans la recherche et développement; réduction des inégalités salariales au sein de l'entreprise avec stricte égalité hommes-femmes à compétences égales; investissement pour le bien-être écologique avec mise au norme des bâtiments, intégration de dispositifs propres dans l'entreprise. En respectant ces critères (qui n'auraient pas de caractère obligatoire), l'entreprise réduirait sa charge fiscale. Bref, en adoptant un comportement durable (favorable à la justice sociale et à la préservation de l'environnement), l'entreprise gagnerait des marges financières par la réduction de ses impôts.

4- Etablir une échelle des salaires stricte et juste. Pour cela, une bataille doit s'engager pour monter le SMIC le plus haut possible (1400€ net par mois), afin de rendre les minima sociaux moins attractifs, afin de donner du pouvoir d'achat aux ménages modestes (leur consommation est une stimulation pour l'économie française) et afin de réduire le phénomène des "fins de mois difficiles" et du surendettement. Dans le même temps, la création d'un salaire maximal reste d'actualité: un cadre supérieur ou un patron ne pourrait pas gagner plus de 24 fois (soit gagner en un mois ce que d'autres gagnent en deux ans) ce que la salarié le moins bien rémunéré de son entreprise empoche. Par exemple, dans le cas d'un SMIC à 1400€ net par mois, cela porte le salaire maximal à 403.200€ net par an ! Ca va ! Le mérite est ainsi récompensé, dans les limites de la décence et de l'équité.

 

Je ne suis pas un maître en économie. J'imagine que ces mesures, frappées du #bonsenscitoyen, peuvent être aménagées, améliorées, pour les rendre applicables et, surtout, efficaces. Aussi bien pour nos entreprises que pour l'Etat.

Qu'en pensez-vous? A vos commentaires !

 

Logo-Nouvelle_Donne.pngEnfin, pour approfondir le débat, le courant auquel j'appartiens a une dernière piste pour stimuler notre économie: "Entreprises: priorité aux PME face aux grands groupes !". Dans son programme, trois aspects sont évoqués. Les voici:

1- Réserver 20% des commandes publiques à des entreprises de moins de 50 salariés.

 

2- Les grandes entreprises qui paient peu ou pas d'impôts en France n'ont pas à recevoir autant d'aides de l'Etat (CICE, CIR, Pacte de responsabilité, etc.). Seules les entreprises en-deçà d'un seuil de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires pourront bénéficier systématiquement de ces aides, toute filiale majoritaire d'un groupe étant assimilée sur ce plan au Groupe auquel elle appartient.

Les 10 milliards d'euros récupérés annuellement grâce à cette mesure seront réinvestis dans un plan de "récupération économique" pour les PME. Afin de favoriser leur investissement et leur développement, les PME seront dispensées du paiement de l'IS pendant 3 ans, sous réserve d'un engagement à ne pas verser de dividendes pendant 5 ans.

 

3- Présence paritaire des salariés au sein des Conseil d’Administration et de surveillance des sociétésen s'inspirant du modèle de cogestion allemand.

Là encore, faites vos commentaires... et lançez le débat !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Les pistes d'AurelR
commenter cet article

commentaires