Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 08:07

Ce dimanche, les Bleus du XV de France (habillés en blanc pour laisser à leurs adversaires la possibilité de jouer en noir) ont disputé leur troisième finale d'un Mondial de rugby. Et, pour la 3ème fois, la France s'est inclinée... mais avec les honneurs. Une chose est certaine: à l'issue d'une compétition irrégulière, aussi enthousiasmante que parfois décevante, les hommes de Marc Liévremont (cet entraîneur qui, avant même la compétition, a appris la fin de son contrat de sélectionneur... alors qu'il a tout même amené le XV tricolore en finale !) avaient la gagne. Désireux de faire oublier leur contre-performance victorieuse face aux Gallois, en demi-finale, les Français ont subi le même sort: dominateurs dans toutes les phases du jeu, ils ont perdu d'un tout petit point. Ce que la France a fait subir au Pays de Galles en demi-finale, elle l'a à son tour subi en finale. Le jeu des Bleus était bien plus exaltant... Tirant leçon des échecs et des approximations précédentes, le groupe a su nous montrer un beau jeu, bien plus convaincant que celui des Néo-Zélandais. Avec un public franchement hostile (qui n'a eu de cesse de siffler les adversaires de son équipe nationale), les Bleus se sont nettement mieux défendus que lors des phases de poule au cours desquelles les Blacks nous avaient sévèrement (et justement) corrigés !

 

C'est la loi du sport. La Nouvelle-Zélande, pays organisateur et victorieuse de la première Coupe du monde en 1987, est la meilleure équipe du monde. Depuis quatre ans, elle le démontre. Ce dimanche, elle n'était pas la meilleure mais, comme les Français face aux Gallois en demi-finale, elle s'est contentée de ne pas perdre. Alors que son butteur enchaînait les échecs au pied, et alors que les attaquants peinaient tout autant que les Français à marquer un essai, les Néo-Zélandais ont tout donné en défense pour ne rien encaisser et maintenir cette toute petite avance au score. Il faut dire qu'ils ont été largement aidés par l'arbitre de la rencontre. Je sais bien que, chaque fois qu'une équipe de France perd un match, la presse et les passionnés dénoncent l'arbitrage... Mais, en finale d'une telle compétition, on est en droit d'avoir un arbitre de très haute qualité, équitable et irréprochable. M. Graig Joubert (c'est son nom), Sud-Africain, n'a pas brillé; deux exemples: 1- au rugby, les arbitres ont pour habitude d'interpeller les joueurs en faute (on les entend souvent crier le numéro d'un joueur à la limite du hors-jeu) puis, si le joueur ne corrige pas, il siffle une pénalité. Ce dimanche, l'arbitre a sanctionné beaucoup plus rapidement les Bleux que les Blacks, à tel point que même des avertissements non suivis d'effet côté néo-zélandais n'étaient pas sanctionnés ! 2- à plusieurs reprises, mal placé face à l'action, c'est l'un de ses assistants sur la touche (M. Alain Rolland, Irlandais francophone, l'un des meilleurs arbitres du monde qui jugent fréquemment les matchs du tournoi des Six Nations) qui lui signalaient des fautes ! A ce niveau de la compétition, on était donc en droit d'attendre mieux !

 

A propos de l'arbitrage ou encore de la dernière conférence de presse de Marc Liévremont, regardez l'analyse de Patrick Grivaz, journaliste sportif à France Info. 



Pour Marc Liévremont, c'était donc le dernier match en tant que sélectionneur. Et le bilan est plutôt partagé: certes, la composition de l'équipe alignée par Liévremont et son staff est contestable. Depuis la fin de la phase de poule, il s'est obstiné à maintenir la même équipe emmené par une charnière inédite (Morgan Parra à l'ouverture, qui n'est pas son poste d'origine, et Dimitri Yachvili, à la mêlée... comme s'il ne savait pas qui retenir parmi ces deux joueurs !). Liévremont a parié sur la capacité d'indignation de ses joueurs: après des échecs (contre le Tonga, par exemple), il a reconduit l'équipe défaite pour la pousser à se remettre en cause... ce qui avait alors produit la belle victoire sur l'Angleterre en quart de finale. Il n'en demeure pas moins que, au cours de ces quatre dernières années (après le départ de Bernard Laporte pour le gouvernement, à la suite du Mondiale 2007), Liévremont a tenté de nombreuses combinaisons. Je pensais d'ailleurs que la chranière Parra (à la mêlée) - Trinh-Duc (à l'ouverture) aurait été son fil rouge, tant l'association de ces deux talents (qu'il a repéré) produit un beau jeu. Mais, que voulez-vous, il n'y a pas six millions de sélectionneurs... mais un seul. Et, comme au foot, celui-ci est la cible de toutes les attaques, même les moins justifiées. Comment comprendre que Liévremont soit remercié, avant le début du Mondial, alors qu'il a conduit l'équipe en finale, que la France s'installe solidement en tête des Nations de l'hémisphère nord et en deuxième place sur le palmarès mondial (voir le tableau ci-dessous, récapitulant les résultats des Mondiaux depuis 1987)?

 

Palmarès rugby

 

Comment comprendre que Liévremont soit remercié alors que, sous son "mandat", l'équipe s'est renouvelée, les plus anciens ont progressé (voyez Thierry Dusautoir, capitaine et élu meilleur joueur de l'année par la Fédération internationale !), de nouveaux talents ont apporté de la vigueur et de la réussite? L'éviction de l'entraîneur est incompréhensible. Et, pour le supporter que je suis, c'est un scandale, ni plus ni moins. Comment justifier que Liévremont, avec ses coups de gueule mais ses succès, soit remplacé alors que Bernard Laporte, son prédécesseur, avec qui la France a perdu sa demi-finale et la petite finale (terminant donc 4ème) lors du Mondial 2007 devenait, dans la foulée, ministre des Sports? Incompréhensible, vous dis-je !

Partager cet article

Repost 0

commentaires