Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 08:51

Sous Jospin, la gauche a permis une avancée majeure: le PACS a offert aux couples homosexuels une existence légale et juridique... à tel point que les couples hétéros sont plus nombreux à en profiter ! L'opposition avait alors été forte. On se souvient de Christine Butin en pleurs après avoir été sévèrement critiquée par le Premier ministre Lionel Jospin, ou brandissant la Bible, un autre jour, dans ce lieu laïc qu'est l'Assemblée nationale ! Pour revoir l'incident, cliquez ICI (vidéo non-intégrable à l'article).

 

Sous Hollande, la gauche donne une nouvelle occasion d'exister à la présidente du Parti chrétien-démocrate qui, pour cela, a besoin de trois choses: 1- A l'approche d'une présidentielle, se déclarer candidate puis finalement se ranger derrière le candidat de la droite en échange d'un gros chèque; 2- Créer son propre parti pour, en tant que présidente, avoir un accès aux médias; 3- Une proposition de la gauche, progressiste car cohérente (voire, en retard) par rapport à la société, sur laquelle elle puisse se déchaîner. Rien que pour cela, on pourrait détester l'actuel Président qui nous a ainsi infligé de voir et d'entendre Mme Boutin s'exprimer sur le fameux "mariage pour tous".

 

Maladresse ou désir d'égalité réelle? Quoi qu'il en soit, la formulation choisie par le gouvernement alimente le discours des "anti". Alors que les humoristes imaginent des mariages entre un homme et son animal de compagnie, les plus sérieux opposants à ce "mariage gay" y voient la porte ouverte. A la polygamie. A l'inceste. Autant de débordements verbaux, signés des plus hautes autorités religieuses (qui sont particulièrement douées pour se ridiculiser dans un pays qui perd foi), qui, comme dirait Laurent Ruquier, incitent à être "pour"... ne serait-ce que pour ne pas être dans le même camp que ces pauvres idiots !

 

Comme l'animateur de France 2 et Europe 1, mon avis est partagé. Je ne suis pas "contre" ce mariage ouvert aux couples de même sexe: d'une part, parce que chacun a le droit (et la liberté) de faire sa vie avec qui bon lui semble; d'autre part, parce que l'Etat se doit d'offrir à ces couples une reconnaissance légale qui leur accorde les mêmes droits qu'à n'importe quel couple hétérosexuel. Pourtant, je ne suis pas un militant de ce mariage: je considère que l'Etat a la possibilité de créer un outil (une sorte de "super-PACS") qui garantisse aux couples de même sexe des droits réciproques entre les conjoints. En clair, sans l'appeler forcément "mariage" (ce qui, symboliquement, heurte la conscience des opposants qui y voient, à juste titre, une institution multiséculaire entre "un homme et une femme" mais aussi "un père et une mère"), le gouvernement devrait proposer la création d'une "union civile", signée en mairie (et non plus au tribunal), offrant les mêmes droits qu'un "mariage civil" pour hétéros.

 

Sur l'autre grand sujet, l'ouverture de l'adoption aux couples homo me pose moins de problèmes. C'est une nécessité. D'une part, parce que le fait de bien élever un enfant, de le rendre heureux et de préparer son avenir, ne repose pas sur le fait d'appartenir à un couple hétérosexuel. Il y a tant de couples hétéros qui ne remplissent pas cette mission d'éducation. Il y a tant de personnes seules (ou de couples gays, en fait) qui, eux, y parviennent vraiment ! Et cette conviction est d'autant plus forte quand, au "Petit Journal" de Canal +, on entend un "anti-mariage pour tous" dire: "Un enfant a besoin d'un père pour lui foutre une baffe quand il a besoin et d'une mère pour le couver et le nourrir". Quelle horrible vision de notre société ! Je préfère une société qui permet à un couple de deux hommes ou deux femmes de bien élever un enfant qu'ils auront désiré !

 

Pourtant, il y a UN argument des "anti" qui m'avaient touché: ceux-ci affirmaient que, dans le projet de loi gouvernemental, la suppression des notions de "père et mère" allait bouleverser les livrets de famille où il n'existerait plus que les notions de "parent n°1 et parent n°2". Une telle modification serait, effectivement, choquante. Après vérification, il apparaît que cette intention n'existe pas: chaque couple devra choisir son livret de famille parmi les DEUX versions. Cette clarification étant faite, et même si l'usage du mot "mariage" ne gêne un peu pour ce type d'union, je suis clairement "pour" la mesure !

 

En fait, ce qui me dérange le plus dans cette histoire, c'est que le débat est actuellement minable. Rares sont les lieux, comme l'émission "On n'est pas couché" (hier soir), d'entendre un débat d'une bonne qualité, avec les deux camps représentants et l'affrontement d'arguments forts. Ailleurs, les deux camps sont caricaturés: la gauche toute entière serait "pour" au nom de l'égalité de tous, tandis que la droite "contre" ne serait peuplée que de catholiques intégristes. Que le chef de l'Etat applique une des promesses de son programme (son élection rend cette application légitime, huit mois seulement après le scrutin), c'est normal. D'autant que notre démocratie représentative permet aux parlementaires de mener le débat qui agite désormais la rue. Mais, vue la mobilisation des "anti" ce dimanche, François Hollande ferait preuve de hauteur et de volonté de préserver la cohésion nationale en lançant un vrai débat, aboutissant, pourquoi pas, à un référendum. Cette hypothèse ne me heurte pas car, bien mené, le débat pourrait être clairement passionnant... et permettrait de mettre d'autres sujets sensibles (comme la PMA) sur la table ! Pour ma part, en cas de vote, je me déplacerais... pour glisser un bulletin "OUI".

 

Voici la vidéo de ce débat chez L. Ruquier. Soyez patient, cela dure près d'une heure... preuve que ce débat (qui a, en termes d'audience, caracolé en tête en 2ème partie de soirée) a passionné et était nécessaire:

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Cohésion sociale
commenter cet article

commentaires