Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 13:01

Avertissement: ceci est article que j'avais commencé à rédiger il y a un mois, le 20 avril 2011. Ne l'ayant pas achevé, faute de temps, je profite de l'actualité du mois de mai pour le réactualiser et le publier !

 

Au réveil, ce matin [20 avril, donc], en ouvrant ma boîte mail, je parcours les titres de la newsletter du Figaro, que l'équipe rédactionnelle de ce quotidien met en "une" de son site Internet. Au lendemain de la visite du chef de l'Etat dans les Ardennes, le quotidien de référence de la droite évite de nous proposer un dossier spécial "il fait beau en France en ce moment... à quand une canicule?" [ou "une sécheresse", ce qui aurait été visionnaire] et choisit, comme titre principal, une tentative d'escroquerie dont l'Elysée aurait été dernièrement victime. Dans la newsletter, la phrase d'accroche est la suivante: "Après s'être procurés le numéro de compte de la présidence, des individus ont tenté, sans succès, de virer deux millions d'euros sur un compte chinois. Les escrocs n'en sont pas à leur coup d'essai..." (et cette invitation à lire la suite de cet article d'investigation sur le site du journal... que vous pouvez vous-même lire en cliquant ICI). Ce midi, cette information a également fait l'objet d'un traitement dans le journal de 13 heures de France 2... C'est dire son importance ! Mieux vaut donc parler de l'escroquerie dont l'Elysée a été victime que celle dont le chef de l'Etat s'est rendu coupable, le même jour, en visite dans les Ardennes.

 

Dans ce département, sinistré par une reconversion économique pénible et inachevée, où il avait lancé sa conquête de l'Elysée en 2007, le beau discours sur "la France qui travaille" et "les bons citoyens français qui se lèvent tôt" (pour enrichir le pays et ne pas se vautrer dans la fainéantise et la dépendance financière aux allocations chômage), on y a donc déjà eu droit. Avec les résultats que l'on sait ! Sarkozy s'est donc livré à un double exercice d'escroquerie et de récidive... pour lequel il devrait être puni d'une peine plancher automatique (sa non-réélection en 2012). Avec la complicité de son porte-plume, Henri Guaino, il a sorti une nouvelle formule de sa poche: "j'aime les usines !". Qu'il en profite, car au rythme de la désindustrialisation dont la France est victime, du fait d'une mondialisation qui empêche toute concurrence équitable entre pays riches et pays émergents, les usines deviendront rares dans les prochaines années... Le pire est que l'actuel locataire de l'Elysée repart en campagne, comme si de rien n'était, comme s'il n'avait pas gouverné le pays au cours des quatre dernières années, comme s'il n'avait pas eu les moyens de faire en sorte que le sort des salariés, ouvriers ou non, s'améliore depuis 2007. Le pire est que l'actuel locataire de l'Elysée sort, de sa manche, une nouvelle idée géniale... à quelques mois du début d'une campagne électorale qui devrait souligner l'échec cuisant de sa politique et le non-respect de ses engagements électoraux (lui qui se vantait de ne pas promettre l'impossible !). Et cette idée géniale, c'est une prime obligatoire de 1000€ pour les employés des entreprises qui ont distribué des dividendes grandissants à leurs actionnaires l'an dernier.

 

Revoilà donc vraiment le Sarkozy candidat. Il ne manquerait plus qu'il nous refasse le coup de la rupture pour mener, après l'élection, une politique différente et audacieusement nouvelle pour le bien de la France et du porte-feuille des Français. Pour cela, il nous ressort un discours gauchiste, digne d'un révolutionnaire à la Besancenot... en apparence ! Promettre 1000 €uros à des salariés qui comptent, en chaque fin de mois, ce qui leur reste pour payer le plein de cette voiture qui leur coûte de plus en plus cher mais qui leur permet d'aller travailler, ne pouvait pas mieux tomber. Son premier quinquennat devrait donc s'achever sur une méga bonne nouvelle qui permettrait aux Français d'avoir, à l'esprit, au moment de glisser leur prochain bulletin dans l'urne, un gain réel de pouvoir d'achat grâce à la détermination et à l'audace anti-capitaliste de notre super-Président ! Sauf que l'un de ses ministres, Laurent Wauquiez (en charge des affaires européennes), a apporté la preuve que la politique du gouvernement auquel il appartient n'a aucune efficacité et que les engagements pris n'ont pas été tenus. Porte-parole de la droite dite sociale (sans rires !), l'élu de Haute-Loire, qui s'était déjà distingué en comparant l'aspect terroir de sa petite personne à la carrière bling-bling d'un DSK que toute la droite craignait, avançait des propositions qui allaient pouvoir intégrer le programme du futur candidat de la droite. Parmi ces idées figurait, en bonne place, une forme de préférence nationale: désormais, les travailleurs étrangers allaient devoir attendre d'avoir atteint 5 ans d'activité sur notre sol pour accéder aux soins. Autrement dit, il leur aurait fallu patienter pour profiter du bénéfice de cinq années de cotisations... car, c'est bien connu, les étrangers envahissent la France pour se faire soigner gratis, c'est bien connu !

 

Deuxième proposition-phare de la droite sociale, façon Wauquiez: limiter les cumuls abusifs d'allocations de solidarité en les plafonnant à 75% du SMIC, soit enciron 750 € par mois. Ainsi, ces fainéants de profiteurs pauvres, qui refusent de trouver un boulot et qui font des gosses pour payer leur luxueux train de vie, ne pourraient plus cumuler RSA, allocations familiales, APL at accès à un logement social sur le dos d'un Etat endetté ! Finis les privilèges ! Le pire, c'est que ces positions, on les entend dans les bistrots de France. Combien de Français moyens pensent cela? Plus qu'on ne le pense !... J'ai d'ailleurs eu, moi-même, un débat presque houleux avec une personne de mon entourage. Habituellement électrice de la gauche radicale, et parfois de l'extrême-droite (elle fait partie de ceux que le discours de Marine Le Pen pourrait réussir à séduire !), cette personne soutenait la proposition de Wauquiez pour éradiquer les profiteurs du système, ces fainéants qui passent leurs journées devant la télé, bière à la main. Finalement, je l'ai convaincu de la nocivité de tels propos en lui expliquant qu'un électeur "normal" de gauche, soucieux d'une justice sociale et d'un véritable partage équitable des richesses, soutiendrait plutôt la nécessité de revaloriser le SMIC. Car, ce qui me choque avant tout dans la bouche du ministre, c'est que la volonté de creuser l'écart entre revenus du travail et revenus de l'assistanat se fait au détriment des plus pauvres. Plutôt que relever le salaire minimal, la droite préfère plafonner les revenus de l'aide sociale... chose qu'elle se refuse à faire quand il s'agit des salaires des patrons. A gauche, on préférera donc relever le niveau du SMIC pour que celui-ci s'éloigne, en effet, de ce qu'un chômeur peut gagner. En tout état de cause, les propos de M. Wauquiez auront permis de démontrer une chose: la revalorisation de la valeur travail, en faisant en sorte qu'il est financièrement plus intéressant de travailler que de rester chez soi, est un objectif de la campagne de 2007 que l'équipe en place n'a pas atteint. En réouvrant ce débat, la majorité montre, à tous les Français, qu'elle a échoué !! Et que le peuple a bien été arnaqué...

 

Dernière arnaque en date: sa majesté Carla est enceinte !... La confirmation est donc venue de Bernadette Chirac qui, interrogée sur les rondeurs de la première dame de France, s'est réjouie de cet événement heureux qui constituerait un grand moment pour la France et les Français. Expliquez-moi: depuis quand le fait qu'un homme de 56 ans, fût-il Président de la République, devienne papa est-il une bonne chose? Sarko a l'âge d'être grand-père. Ce feuilleon, qui passionne les lecteurs et les fabricants de journaux people, me désole. Nous voilà revenus plus de 200 ans en arrière. Déjà, en 2008, quand sa Majesté le Président avait divorcé, la bulle parisienne avait suivi sa rencontre avec une actrice italienne... comme si le fait que le royaume se retrouvait dirigé par un homme célibataire représentait un danger. La République ne pouvait pas s'éteindre. Aujourd'hui, après le remariage présidentiel (qui lui coûta quelques points de popularité), voilà donc la naissance d'un héritier. On connaissait le prince Jean, marié à une autre héritière (celle des magasins Darty) et auquel le papa voulait laisser un héritage (après l'EPAD, la présidence des Hauts-de-Seine fut évoquée). En octobre prochain, en pleine primaire socialiste, le président sortant (seul et unique chef d'Etat français à devenir papa pendant son mandat; historique !) pourra émouvoir le pays. Ses petites attentions pour son nouveau-né emporteront la sensibilité d'une part de l'électorat féminin et/ou âgé. Ce sera l'occasion de montrer son humanité, son "coeur à gauche"... Une belle opération de communication en perspective. Je n'irais pas jusqu'à dire que ce bébé a été conçu comme un plan de carrière (il semble que ce ne soit pas la première tentative), mais la façon dont cette naissance risque d'être exploitée m'indigne déjà !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Vers 2012
commenter cet article

commentaires