Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 11:28

Ce dimanche, c'est la journée de la gentillesse !! Comme pour celle de la "courtoisie au volant", il faut croire que le François moyen n'est pas gentil dans sa vie quotidienne pour lui rappeler, une fois dans l'année, qu'il doit l'être. Alors, aujourd'hui, j'ai décidé d'être gentil... et de me faire pardonner des méchancetés proférées, dans mon article d'hier, sur la droite française. Je le reconnais: c'était injuste. Je devrais enlever plus souvent mes oeillères de "gauchiste incapable de faire la part des choses". La droite française, représentée par un grand parti démocratique, peuplé de militants honnêtes et ultra-nombreux, n'a qu'un but: obtenir un mélange subtil de liberté individuelle et de partage, le tout au service de la France et de la majorité des Français. Certes, certaines mesures ne concernent pas tout le monde: la baisse de l'ISF ou le bouclier fiscal, rares sont ceux qui en profitent. Mais, pour redresser le pays, la droite pense à tout le monde: nombreux, les pauvres qui se gavent de sodas vont aider à rembourser notre dette... grâce à la surtacxe qu'ils vont payer de bon coeur aux caisses des supermarchés. Nous devrions tous être reconnaissants au gouvernement qui nous permet de réparer les erreurs faites par ces dirigeants que nous avons élu et qui font de leur mieux !

 

D'ailleurs, la droite est peuplée de personnalités formidables. Prenez Jean-François Copé (comme ça, son cas sera réglé): j'ai mal mesuré tous les efforts que cet homme était prêt à endurer pour sauver la France. Diriger sa ville de Meaux pour en faire un havre de paix, c'est beau. Conserver son mandat de député pour contribuer à fabriquer les lois de la République, c'est exemplaire. Diriger le premier parti de France, c'est un sacrifice honorable. Passer quelques heures dans un cabinet d'avocats pour ne pas perdre pied et garder contact avec la réalité, c'est un geste absolument fantastique... Au final, il n'a pas volé son salaire, ce brave M. Copé. Et dire qu'il pense déjà à 2017 et, peut-être, au double quinquennat qu'il pourrait faire jusqu'en 2027: une telle vision à long terme est remarquable. Décidément, cet homme est une perle rare. Un politicien visionnaire, déterminé, un brin ambitieux avec le seul objectif de sauver la France des griffes des rouges et des verts ! Hip, hip, hip...

  

Autre personnalité attachante et dont le pays a besoin: notre ministre de l'Economie, François Baroin, a été sauvagement agressé dans l'Hémicycle par des députés socialistes en furie. Quelle bande de sauvageons, ces élus, pas capables d'écouter le leçon du maître sans se faire remarquer... Et en parlant de leçon, je dois remercier M. Baroin. Je vais devoir, dans l'année, aborder la notion de cohabitation avec mes élèves de 3ème, en prenant l'exemple la plus récente (Chirac-Jospin... ça date !). Grâce à sa brillante intervention de mardi, j'ai trouvé la définition parfaite: "Cohabitation. N.F. Synonyme de Effraction. Fait qu'un parti politique de gauche prenne la place d'un parti politique de droite, alors que celui-ci devrait conserver tous les pouvoirs puisqu'un de ses représentants est à l'Elysée". Merci M. Baroin, voilà une nouvelle partie de mon cours qui est désormais prête ! Et, j'en profite pour remercier un autre grand homme, dont l'histoire retiendra qu'il a, lui aussi, cloué le bec à ces élus qui s'autorisent tout en n'importe quoi: il se nomme Bernard Accoyer. Loin d'être le "pire Président de l'Assemblée nationale" (comme j'ai pu moi-même l'écrire), cet homme, 3ème personnage de l'Etat, a été un arbitre parfait, toujours au-dessus de la mêlée. Ses interventions médiatiques pour soutenir un projet gouvernemental? Erreur de jeunesse. Depuis, il respecte les règles et les fait respecter. Un député pose une question à un ministre? Il a 2 minutes. Sitôt le temps écoulé, le micro est fermé. Normal ! Il n'avait qu'à lire plus vite... Et puis, le téléspectateur est assez intelligent pour comprendre la question que l'élu s'apprêtait à poser. De toute façon, la réponse du ministre sera lumineuse...

 

Mais, cette semaine, l'actualité n'était pas qu'au Palais-Bourbon. Elle se faisait aussi place de l'Etoile, au pied de l'Arc de triomphe. Vendredi matin, pour les cérémonies du 11 novembre, le président Sarkozy a présidé et animé une des plus belles cérémonies jamais vues. Certes, c'était la première d'un 11 novembre à être diffusée, en direct, à la télé... Sarko et les enfantsMais, les choix présidentiels étaient admirables: décoration de régiments engagés sur des théâtres extérieurs, association d'enfants orphelins au dépôt de la gerbe (photo), idée d'une fusion des commémorations pour y associer nos troupes actuelles. Que le 11 novembre ait une spécificité, ce n'est rien à côté du fait que les témoins directs n'existent plus... et que la cérémonie devienne donc partiellement caduque. Que le 14 juillet serve déjà à célébrer nos armées ne pèse rien à côté du fait qu'il serait normal de ne pas se limiter à un hommage annuel. Le Président a (toujours) raison. Ses idées sont formidables. Je ne comprends d'ailleurs pas que certains osent critiquer celle qui consiste à permettre aux familles de soldats tués en Afghanistan de se rendre sur place pour voir ce que les "êtres perdus" ont vécu et dans quel contexte ils ont perdu la vie. Il ne faut avoir aucun coeur pour contester une si brillante initiative... Reste que l'attitude du chef de l'Etat, tenant la main d'enfants se trouvant dans cette situation, a été digne et exemplaire. Emouvante, la cérémonie a probablement connu son point d'orgue au moment de l'inscription, par ces jeunes citoyens, d'un mot sur le Livre d'or. Cela mérite un coup de chapeau... Un vrai !

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Actualités diverses
commenter cet article

commentaires

sandra 21/11/2011 17:00


La cérémonie du 11 novembre caduque sous prétexte qu'il n'y ait plus de poilus survivants?Cela me dépasse!... Au contraire, il faut que cette commémoration reste spécifique afin que notammentt
les jeunes générations (en général peu portées sur l'Histoire, tu en sais quelque chose...) sachent ce que fut la Grande Guerre... Un devoir de mémoire en somme... De plus, il y a bien assez de
jours dans l'année à d'autres moments pour saluer "les morts pour la France"...


Sinon, je n'ai guère aimé le reste de ton article sur un ton ironique, certes pour te moquer(avec raison) de cette" journée de la gentillesse"et du gouvernement. Mais du coup, ta fausse
gentillesse envers le gouvernement rend ton article trop manichéen. Je ne te retrouve pas... Tu es, dans la réalité, la gentillesse même alors, quand celle-ci devient fausse et ironique,
l'article devient bancal...