Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 09:20

Seriez-vous capable de me citer le nom d'un maire de la petite commune de Sablé-sur-Sarthe (région Pays de la Loire), aujourd'hui peuplée d'un peu plus de 12000 Saboliens? Trois indices: 1- les habitants de la commune votent à droite (hier RPR, aujourd'hui UMP); 2- ce bourg se situe à quelques 60 km du circuit des 24 Heures du Mans; 3- l'un des anciens premiers magistrats, qui a réalisé un long mandat (de 1983 à 2001), exerce aujourd'hui la 3ème plus haute fonction de l'Etat... réponse: François Fillon !

 

Plus que le nom de l'actuel Premier ministre, c'est celui du "premier maire de couleur de France métropolitaine" (sous-titre du livre qui lui est consacré) qu'il faudrait retenir. A la faveur d'une émission de Laurent Ruquier sur Europe 1, j'ai découvert le nom de Raphaël Elizé auquel la ville de Sablé-sur-Sarthe a rendu hommage en rebaptisant sa place centrale... Curieux d'en savoir plus sur ce personnage au parcours exceptionnel, j'ai acheté le livre publié en 1994 par l'association locale "Passé simple" et je viens d'en lire la première partie (80 pages) en deux heures ! Le récit, qui replace le parcours de ce Martiniquais venu s'installer en France dans le contexte historique, est véritablement passionnant et émouvant ! Né en 1891 au Lamentin (Martinique) dans une famille aisée (son père était inspecteur des impôts et membre éminent de la Franc-maçonnerie locale), il avait 11 ans quand le volcan martiniquais entra en éruption (celle qui, en 1902, est restée dans les mémoires). Sa famille quitta alors l'île pour s'installer en métropole. Le jeune Raphaël intègre l'Ecole vétérinaire de Lyon puis passe un doctorat dans la même discipline et, tandis que ses parents regagnent les Antilles, il s'installe dans la Sarthe, dont le besoin en vétérinaires était important.

 

Raphael-Elize.jpg

 

Passionné de politique et "en avance sur son temps", il participe à la vie de sa cité... devenant conseiller municipal puis, en 1929, maire de Sablé (photo ci-dessus, dans son bureau de la mairie). Il est alors le premier et le seul maire de couleur en France métropolitaine ! Il le restera pendant onze ans... jusqu'en 1940, date à laquelle les autorités allemandes d'occupation le destituent pour motif racial ("Il est insupportable à l'administration militaire et à l'armée allemande de reconnaître comme maire en territoire occupé un homme de couleur, ni de discuter avec lui" explique le texte de la Kommandatur du Mans). Visionnaire, il mène, bien avant le Front populaire, une politique sociale marquée: la ville s'embellit considérablement avec l'implantation d'une piscine, d'une maternité, d'une école communale de filles... Mobilisé pour la guerre en 1940, il perd son mandat local mais conserve son activité de vétérinaire, jusqu'au jour où il est arrêté par les Allemands, transféré dans un camp de concentration où il meurt dans le bombardement de l'usine où il travaillait par les avions alliés ! Mort à 54 ans, victime du nazisme, Raphaël Elizé a connu une vie extraordinaire qui mérite d'être connue de tous. Précipitez-vous sur ce livre, accessible sur les sites de vente d'occasion ou sur Amazon (cliquez ICI).

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Culture(s) et médias
commenter cet article

commentaires

sandra 13/01/2012 14:20


Ton article m' a beaucoup intéressée : tu m'apprends quelque chose sur ma propre région : je ne pense pas que beaucoup de Sarthois et de  Saboliens en aient connaissance...


Je ne connais pas bien Sablé surtout célèbre pour sa biscuiterie et l'abbaye de Solesmes toute proche, terre de droite c'est vrai... Mais au fin fond de la campagne sarthoise, les petits
paysans votent très à gauche...


En tout cas, ton article m'a donnée envie de lire ce livre...