Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 17:59

A revoir les images de la soirée électorale, dans les JT du 7 mai, les frissons me gagnent... Voir ces milliers de Français, jeunes et symboles de la diversité de notre pays, exhulter en voyant, sur un écran géant, le visage du futur chef de l'Etat (place de la Concorde, rue de Solférino, devant le QG du candidat socialiste), me procure une joie sensationnelle, aussi forte que celle d'hier soir ! Et pourtant, j'ai du mal à "réaliser". Par le passé, je n'imaginais pas voir François Hollande diriger la France quand, en 2006, j'ai adhéré au PS, il dirigeait ce parti et sa gouvernance "molle", basée sur le compromis entre les courants ne me séduisait pas, d'autant qu'en 2007, ces courants ont porté des candidats différents et, par leurs combats, ont contribué à la défaite de Ségolène Royal. Il y a encore un an, malgré son régime et sa détermination, je ne lui prêtais pas le charisme nécessaire à cette fonction... Depuis hier soir, je lui en fais d'autant plus crédit que la plupart des chefs d'Etat et de gouvernement étrangers, parmi les plus prestigieux, a déjà contacté M. Hollande en évoquant le contenu des dossiers sur lesquels ils auront à travailler ensemble ! C'est un signe.

 

Autre bon signe: les réactions de la presse étrangère. A l'image du Daily Mail (ci-contre) qui semble déplorer "La fin de l'austérité", tous les grands quotidiens européens réservent une place de choix au résultat de l'élection française. Preuve, d'une part, que cette alternance trouve unAu-revoir-austerite.jpg retentissement marqué, à l'image de l'intérêt que la campagne électorale avait déjà suscité, au-delà de nos frontières. Confirmation, d'autre part, que la France tient une place majeure en Europe: nos voisins démontrent, par leurs réactions, que notre choix présidentiel peut changer l'Europe. Sans même qu'il ait pris ou annoncé la moindre décision, en dehors de son projet électoral, François Hollande a fait bougé les lignes. Son élection oblige ses futurs partenaires à "mettre de l'eau dans leur vin". Son élection, dans un des pays fondateurs de l'UE, semble suffir à ébranler l'édifice européen qui vient de perdre, avec l'éviction de N. Sarkozy, un de ses deux piliers. Voilà une bien bonne nouvelle... Au fond, "Au revoir austérité" peut un être un bien bon programme pour relancer le rêve européen !

 

Autre bonne nouvelle: à la clôture, la Bourse de Paris ne s'effondrait pas... Le CAC 40 enregistrait une hausse de 1,65%. Bien loin de l'effondrement que les supporters du sortant nous prédisaient: à les entendre, alors qu'en 1981 les chars soviétiques devaient envahir Paris en pleine guerre froide, les marchés financiers allaient montrer leur méfiance à l'égard d'un programme irréaliste et trop gauchisant en 2012. Evidemment, il n'en est rien. Les investisseurs sont en position d'attente et, même si leurs avis ne comptent pas plus à mes yeux aujourd'hui qu'hier, force est de constater que la boussole des conservateurs ultralibéraux ne s'affole pas. Pire, d'après Lefigaro.fr: "L'élection du candidat du Parti socialiste, François Hollande, à la présidence de la République française, n'a pas d'implications pour la note AAA de la France, actuellement sous perspective négative", explique l'agence Fitch dans un communiqué. Et de poursuivre: "Néanmoins, sa victoire électorale marque un changement important à la tête de la France et de l'Europe. Cependant, le nouveau président est confronté aux mêmes difficultés que son prédécesseur".

 

Autres citations, croustillantes celles-là: "C'est une catastrophe pour la France" ou encore "Notre pays va prendre la voie de ceux qui coulent en Europe, comme la Grèce, l'Italie ou l'Espagne". Paroles de militants UMP, au soir de la claque électorale qu'ils ont pris, les pauvres, pour la 1ère fois depuis 25 ans ! Marquées par la modération qui caractérisent les chefs du futur ex-parti majoritaire, ces paroles montrent que, pour la droite, une seule voie est possible; toute déviation de la vérité libérale étant considérée comme une hérésie ! Ainsi pensent les conservateurs européens. Il reste donc à François Hollande d'appliquer toutes ses qualités pour le bien de l'Europe: les compétences et le réalisme pour ménager le budget de l'Etat, le progressisme et la détermination pour appliquer les mesures que les Français lui demandent désormais d'appliquer; la sérénité et la pondération pour habiter une fonction présidentielle qu'il devra savoir incarner ! Et, en attendant que d'autres gouvernements de droite soient chassés par les urnes (l'Allemagne pourrait basculer d'ici un an), il devra commencer à transformer le projet européen abîmé au cours des quinze dernières années ! Tout un programme.

Partager cet article

Repost 0

commentaires