Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 19:27

Ca y est ! La campagne des présidentielles est lancée... François Hollande, réélu président du Conseil général de Corrèze (lors d'une séance présidée par la doyenne de l'Assemblée, Bernardette Chirac), est désormais officiellement candidat aux primaires, promettant d'aller jusqu'au bout, y compris en cas de candidature DSK. Dans quelques jours, Nicolas Hulot devrait se lancer pour ravir à Eva Joly, lors d'une primaire écologiste, le titre de candidat vert à cette même élection. Du côté du centre, les amis de Borloo annoncent la refondation d'une nouvelle UDF, rassemblant les déçus du sarkozysme au centre-droit et qui devrait composer son propre groupe à l'Assemblée, en attendant de se désigner un champion pour la Présidentielle. Et, même si les prochaines sénatoriales pourraient porter un dernier coup au sarkozysme, les cantonales viennent de marquer le dernier rendez-vous du quinquennat avec le suffrage universel direct. Prochaine étape: avril 2012.

 

Du coup, cette semaine, le gouvernement a fait quelques annonces à destination de son électorat qui "fout le camp". Première catégorie à reconquérir (et oui, Sarko parle aux Français par catégorie, et rarement à l'ensemble de la nation pour évoquer la nécessiare solidarité entre lesdites catégories !): les retraités ! Quelques jours après la déroute des cantonales (deux voire trois départements perdus, un score global de moitié égal à celui de Sarko en 2007), le gouvernement annonce fièrement deux grandes nouvelles. François Baroin explique que le déficit budgétaire sera finalement moins élevé que prévu: légèrement au-dessus de 7% (ce qui permet d'espérer de retourner sous les 3% en 2013), cet écart budgétaire cache mal une politique fiscale toujours injuste et une incapacité à respecter les belles intentions d'une interdiction constitutionnelle des déficits ! Quant au chef du gouvernement, il pouvait annoncer, par communiqué, une revalorisation des retraites: +4,7% pour le minimum vieillesse et +2,1% pour toutes les autres pensions... A un an des présidentielles, les "vieux", qui avaient massivement fait confiance au locataire de l'Elysée, vont donc voir leur sort se dégrader moins vite que prévu.

 

Heureusement, nombre d'entre eux ne sont pas dupes. D'une part, ils pourront rapidement constaté que la hausse de 2,1% ne comblera pas l'augmentation du prix du gaz (+5% au 1er avril - la dernière du quinquennat, promis juré !) et encore moins les progressions annoncées des produits alimentaires ou encore des loyers... Dans un an, quand il faudra choisir un successeur à notre Président, les Français à la retraite feront un calcul simple: le candidat leur avait promis 25% d'augmentation salariale sur 5 ans (soit un rythme de 5% par an); le Président, en plus de porter l'âge de départ à 67 ans pour une retraite à taux plein, ne leur a même pas octroyer 5% de hausse en cinq ans... soit nettement moins que l'inflation ressentie (celle sur les produits du quotidien). Bilan des courses: encore un dirigeant qui a promis ce qu'il n'était pas sûr de mettre en oeuvre. Conclusion (pour l'opposition): tel DSK, s'engager sur ce qui est sûr et ne pas promettre ce qui serait nécessaire sans pour autant être totalement envisageable (surtout avec une telle situation budégtaire) !

 

Car, à courir vers une élection que l'on croit imperdable, on risque de grandes désillusions. Sarko comme le PS doivent l'avoir en tête. Il n'y a qu'à observer le sort d'Isabelle Balkany, l'épouse de l'ange Patrick et marraine politique du prince Jean, lors des dernières cantonales. Le parti présidentiel lui avait accordé l'investiture dans une circonscription plus "gagnable" que celle dont elle était l'élue (quitte à proposer un marroquin à la détentrice sortante du canton en question). Finalement, comme lors des municipales à Neuilly, c'est un candidat divers droite, plus proche des électeurs et réellement préoccupé par leur sort, qui l'a emporté. Pourquoi? Mme Balkany ne semblait pas se présenter devant les électeurs pour être leur conseillère générale, mais pour ravir à Patrick Devedjian, disgrâcié par l'Elysée, la présidence du département... en attendant de donner les rennes au dauphin désigné ! Sauf qu'à préparer, par anticipation, un scrutin qui ne devait être que la deuxième étape, l'élue de Levallois a raté la haie et n'a pas recueilli le soutien électoral de la moitié de ses électeurs. On ne pleurera pas sur son sort... Première adjointe de son mari, elle ne risque pas le chômage. Surtout qu'à l'UMP, on sait donner aux vaincus des urnes ou aux exclus du gouvernement une place au chaud pour qu'ils restent utiles à la France ! Ouf !

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Vers 2012
commenter cet article

commentaires