Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 09:10

47-21: pour celui qui n'est pas amateur de rugby, le score final de la rencontre qui a opposé, ce matin, la France au Japon (une nation "secondaire" dans ce sport), apparaît comme une claque donnée par les Bleus aux joueurs nippons. Mais, qui entendrait uniquement les commentaires des "experts" et autres "consultants", sans connaître le score final, pourrait imaginer que notre équipe nationale a perdu. Extrêmement critique (et c'est son rôle), le sélectionneur Marc Liévremont ne semble avoir retenu que les aspects négatifs de la performance de ses joueurs: certes, les fautes individuelles ont été nombreuses, notamment en début de 2ème période, quand les Japonais n'étaient plus qu'à 4 petits points de la France. Mais, tout de même: au final, la France l'emporte avec 26 points d'avance. Elle a marqué aussi bien les 4 points d'une victoire, mais aussi le point dit de "bonus" offensif qui récompense les équipes marquant au moins 4 essais. Résultat: 5/5 et 1ère place, à égalité avec la Nouvelle-Zélande, du groupe A. On aurait pu démarrer bien moins bien une Coupe du monde. Sans compter qu'il n'est pas anormal que, pendant un match de 80 minutes, l'une des équipes ait un passage à vide d'un quart d'heure. La fatigue use certains joueurs. Et c'est plutôt bon pour le suspense. D'ailleurs, un match comme celui de ce matin permet d'identifier les grandes équipes: ce sont celles qui, après avoir dominé et alors qu'elles sont menacées d'être rattrapées au score, parviennent finalement à se ressaisir et à donner du spectacle. Avec deux essais de fin de match, on peut dire que la France a dominé son adversaire et que l'avenir est plutôt souriant pour les hommes de Liévremont même si des ajustements sont à prévoir. C'est le lot de toutes les équipes qui, dans une compétition d'une telle importance, construisent, pas à pas, leur marche vers la victoire.

 

Outre ces commentaires pessimistes, deux autres faits m'agaçent autour de cette Coupe du monde du rugby:

1- La désignation de Philippe Saint-André (photo) à la tête du XV de France: avant même que la compétition ne commence, la Fédération française de rugby a laissé fuité dans la presse le nom de celui qui remplacera, après le Mondial, Marc Liévremont au poste de sélectionneur. Ce dernier, entraîneur du XV, avait succédé à Bernard Laporte quandPhilippe-Saint-Andre.jpg celui-ci a intégré le gouvernement Fillon, au lendemain d'une Coupe du monde mitigée: à l'automne 2007, la France (pays organisateur) brillait en éliminant la Nouvelle-Zélande en quart de finale, avant de perdre en demi-finale et d'échouer en petite-finale, terminant à la 4ème place. Cette année, avant même de savoir quelle place notre équipe parviendra à atteindre, le sélectionneur sait qu'il n'entraînera plus l'équipe et qui le remplacera. Or, Liévremont et son équipe ont apporté beaucoup au rugby français en 4 ans: ils ont fait entrer de nombreux jeunes joueurs, auxquels ils donnent leur chance dans le Mondial. En modifiant de très nombreuses fois la composition de l'équipe, pour les matchs amicaux ou les tournois des VI nations, il a trouvé des talents qu'il fait s'exprimer sur le terrain, à l'image de Morgan Parra qui, dès son entrée, ce matin, a redynamisé une équipe fragilisée par le retour des Japonais. Et si la France devenait championne du monde, son sélectionneur serait mis sur la touche? Stupide !

 

2- La retransmission des grands matchs sur TF1: depuis très jeune, je regarde avec assiduité les matchs de l'équipe de France de rugby, en particulier lors du Tournoi des 6 nations, sorte de Coupe d'Europe qui se déroule chaque printemps. Or, toutes ces rencontres sont diffusées sur le service public, en particulier sur France 2: le service des sports de la chaîne a formé ses journalistes et commentateurs, a construit une équipe de consultants... et, une fois le Mondial en vue, il doit se contenter de diffuser les matchs "secondaires". Car, toutes les rencontres de la France, la plupart des matchs avec les grandes équipes (Nouvelle Zélande, Afrique du sud, Argentine...), sans oublier les demi-finales et la finale seront diffusées sur TF1 ! Avec des commentateurs de foot qui, pendant six semaines, vont essayer de s'en sortir avec l'aide d'anciens rugbymens devenus consultants. Que doit-on y voir? Probablement la victoire du fric et de cet argent-roi qui pourrit le foot et qui n'avait pas encore touché le rugby. Il y a fort à parier que la 1ère chaîne à payer ces retransmissions à un tarif que le service public n'a pu concurrencer. Incompréhensible !

 

Mais, il n'y a pas que dans le sport qu'il y a de quoi être stupéfait. Prenez ces campagnes publicitaires qui, apparues ces dernières semaines, montrent des tee-shirt parmi les plus banals (couleurs unies, sans aucune originalité)... au prix incroyable de 1,99 € pièce, au lieu de 4,99€. Je ne sais plus quelle enseigne fait cette offre alléchante. Mais, à lire le slogan, on sent la fierté de cette marque qui entend rendre accessible, à tous les petits budgets, les fringues venues directement d'un petit atelier chinois, où les salariés ont le même âge que les enfants qui porteront ces productions dans les pays dits développés. On ne saurait faire meilleur éloge de la mauvaise qualité à petit prix et, par contre-coup, de la délocalisation de certaines productions. Si j'avais des enfants, je ne leur ferai pas l'offense de les habiller avec de tels vêtements. C'est typiquement le genre d'achat qui, même s'il fait plaisir à mon porte-monnaie, va à l'encontre de mes principes. Hallucinant !

 

Autre "foutage de gueule": en cette rentrée littéraire et alors qu'une année électorale se profile, les ouvrages politiques vont se multiplier. L'autre jour, dans son émission d'Europe 1, Laurent Ruquier faisait la liste des plus gros bides littéraires: certains politiciens (je n'ai retenu que le nom de Frédéric Lefevre !) se lançent dans l'écriture et ne vendent que quelques petits milliers d'exemplaires. Il faut dire que, depuis quelques années, les livres écrits par des hommes (ou des femmes) politiques se multiplient: à croire qu'en plus de leurs doubles casquettes de maires et parlementaires, ou de leur unique casquette ministérielle, certains d'entre eux trouvent encore le temps d'écrire un bouquin. Evidemment, non ! Faute de temps, ils ont deux solutions: soit écrire un petit livre, d'à peine 100 pages, écrit en très gros, qui se dévore en deux heures... et qui tiendrait, sans les anecodtes inutiles, dans une tribune d'une page du Figaro; soit, gribouiller quelques pages disant l'essentiel et payer un nègre pour broder et constuire un livre bon à vendre... qui rapportera quelques milliers d'€uros à son auteur supposé. C'est ce qui vient d'arriver à Jean-Louis Borloo, dont on a appris qu'il n'avait pas rédigé l'intégralité d'un de ses derniers livres dans lequel il jouait l'indigné. De quoi vous décourager, non seulement de l'acheter, mais aussi d'accorder votre voix à une telle escroquerie ! Reste que, dans la longue liste des ouvrages politiques, il faut savoir faire le tri pour ne pas manquer les vrais livres utiles. Le dernier né de François Bayrou, où il expose son projet pour la France, apparaît plus utilse que le précédent, où il additionnait toutes ses formules anti-sarkozystes. De même, l'ouvrage d'Arnaud Montebourg, en forme de programme élyséen, mérite l'attention. Regardez plutôt !

 

 

Plus que pour gagner de l'argent, le candidat au primaire de gauche, qui a façonné son clip de campagne sur le modèle américain (reprise des images de meeting, message politique, publicité à peine voilée pour ledit ouvrage, "Je suis Arnaud Montebourg et j'approuve ce montage"...), y dévoile ses idées. Or, un politique se doit d'agir (ses mandats doivent lui donner l'occasion de montrer qu'il peut gérer la France) et d'expliquer son projet aux citoyens (soit par des émissions, des tribunes, des réunions publiques ou des ouvrages). Ceux qui, à l'instar de certains de nos ministres, rédigent des micro-livres pour nous expliquer leurs humeurs ou chanter des louanges au Président, feraient mieux de s'abstenir. Ca aussi, c'est agaçant !

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Actualités diverses
commenter cet article

commentaires