Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 08:24

Quel est le sens du vote FN, en 2012? A cette question, politologues et politiciens tentent d'apporter leur réponse. L'un des échanges les plus intéressants a eu lieu sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", avec Laurent Ruquier, samedi dernier: l'animateur recevait, dans le cadre de la campagne d'entre-deux-tours, un représentant de chaque candidat (pour le PS, Manuel Valls, directeur de la communication d'Hollande) qui a dû répondre aux questions d'Audrey Pulvar. L'échange entre les deux (Valls-Pulvar) nous en apprend sur l'enfermement idéologique et les fausses certitudes de certains journalistes: en effet, pour l'ancienne présentatrice du 19-20 de France 3, le vote protestataire en banlieue ne se porte pas sur la gauche (elle le déplore) mais davantage sur le FN...

 

Heureusement, Manuel Valls a su répliquer: dans sa ville (Evry, Essonne), Marine Le Pen n'a enregistré que 11,1% des suffrages (sept points de moins qu'au niveau national) tandis que les candidats de gauche cumulent pas moins de 61,5% (46,5% pour François Hollande et 15%, soit 4 points de plus, pour Jean-Luc Mélenchon). Sarkozy, petit deuxième, décroche 15,4% et Franois Bayrou s'effondre à 6,5% ! Avec cet exemple, peut-on encore dire que le vote protestataire en banlieue (où les jeunes, notamment issus de l'immigration, se sont également mobilisés... avec une abstention à 27%) n'est pas à gauche?

 

La remarque d'Audrey Pulvar est, au contraire, nettement valable dans le milieu rural où la présidente du FN réalise de très bons scores, se plaçant en 2ème position derrière le candidat socialiste. En guise d'exemple, voici les résultats de ma commune (Charmes, Aisne): abstention à 21,4%, Hollande à 31%,  Le Pen à 25,4%, Sarkozy à 18,9%, Mélenchon à 12,3%, Bayrou à 5,4%. Pourquoi un vote aussi massif pour le FN? Deux raisons apparaissent:

1- Le manque de service public de proximité et la disparition des petits commerces désespèrent les populations locales, en particulier les personnes âgées qui, chez mon coiffeur par exemple, affirment clairement leur vote. Il faut dire que, dans les dernières semaines, la présidente du FN a balancé une des ces propositions sensées dont elle a le secret: "Interdire la construction de nouvelles grandes surfaces, qui tuent le commerce de proximité, dans les communes de moins de 30 000 habitants... pour recréer du lien social". Effet garanti !

 

2- Le couplet qui oppose les travailleurs aux fainéants (que reprend, habilement, Nicolas Sarkozy dans l'entre-deux-tours). Ainsi peut-on entendre, dans la bouche des électeurs frontistes: "Notre argent va financer les banlieues". En clair, les Français modestes de la "France d'en bas", qui triment et paient leurs impôts et autres cotisations, ont le sentiment que leurs efforts ne sont pas récompensés... et que ces prélèvements, qui grèvent leur pouvoir d'achat, financent les allocations et autres prestations dont se gavent "ces étrangers, qui grossissent les rangs des faits divers, et qui vivent mieux que nous sans pour autant travailler... grâce au trafic, par exemple".

Malheureusement, il existe des situations qui confirment ce constat... et que je j'ai pu, moi-même, observé en ayant vécu près de vingt ans dans un HLM d'un quartier "pauvre" d'une ville de 15 000 habitants. Pendant que mon père peinait, à plus de 50 ans, à trouver un job en intérim pour rapporter à peine 1000€ à la maison (où ma mère élevait ses trois enfants), certains de nos voisins, d'origine maghrébine, se payaient des Mercedes sans pour autant travailler. Trafics de drogue et de voitures (volées en Belgique?) rapportent bien plus qu'un travail au SMIC ! D'ailleurs, certains de mes anciens voisins fréquentent la prison locale pour ces raisons...

 

Malheureusement, c'est l'existence de ces situations, relayées dans la presse locale (ce qui fait dire, à certains électeurs, que 95% des délinquants sont des étrangers...), engendre une vision très caricaturale de la société et des réflexes xénophobes. Plus fréquentable, avec des propositions "choc" en matière économique, Marine Le Pen "comprend son pays et a les tripes pour proposer des politiques nouvelles", entend-on parfois ! Voilà le sens du vote FN, selon moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Les campagnes électorales
commenter cet article

commentaires

sandra 03/05/2012 17:17


Bonjour Aurélien,


Je lis avec beaucoup d'intérêt tes derniers articles et j'aimerais apporter quelques remarques à cet article-ci.


Je pense qu'hélas le vote FN est de moins en moins un vote protestataire mais un vote d'adhésion bien au-delà du 50/50 que tu proposes...


Aucune région en France n'est épargnée. Moi qui me glorifiais de ma région d'origine, les Pays de La Loire avec des taux FN bas lors de diverses élections, je suis anéantie par les scores qu'il a
obtenu par exemple dans la ville de Nantes!


Qui a voté FN? Des personnes âgées, certes...mais pas tant que ça... Surtout des jeunes! Des jeunes qui n'ont pas vécu la guerre, ni la dictature, qui, tu le sais bien, ne connaissent pas
leur histoire de France... certains, je les ai eus en classe il y a dix ans : individualistes, racistes, qui sont pour le rétablissement de la peine de mort...entre autres...


Non, il ne faut pas se mentir : la première raison pour laquelle des Français votent FN: c'est l'immigration... à plus de 80 %...


 


 

Aurelien Royer 06/05/2012 11:57



Bonjour Sandra,


 


Je suis d'accord sur le profil des jeunes électeurs, racistes et individualistes... Toutefois, leur proportion ne me semble pas aussi marqué ! Quand j'étais au lycée, mes élèves de Terminale
étaient très intéressés par la politique. J'ai fait des séances d'éducation civique extrêmement intéressantes et argumentées. En 1ère S, j'ai même fait, en demi-groupe, une séance de discussion
type Assemblée nationale sur des sujets comme la peine de mort, justement, ou le vote blanc ! Une très grande majorité de ces élèves étaient progressistes, humanistes.


 


Certes, les élèves qui fréquentent le lycée général, notamment en section S, ne représentent pas la jeunesse dans sa diversité... Mais, je crois vraiment que les réactionnaires sont minoritaires,
y compris dans les autres catégories d'âge.


 


Pour conclure, je pense que l'adhésion au vote FN a deux ressorts:


- la dimension raciste, évidemment: les personnes âgées que j'évoque voient, à la télé, des images très caricaturales des banlieues, avec les bandes de jeunes délinquants qui terrorisent les
cages d'escalier...


- une dimension sociale forte, qui différencie présicément Marine de Jean-Marie Le Pen: et si la fille atteint un tel score, c'est aussi parce qu'elle a donné une dimension très sociale à son
projet (refus de l'€uro, irréaliste mais populaire - "depuis qu'on a l'€uro, on a jamais payé les timbres ou la baguette aussi cher; c'est la faute à l'Europe" - critique de la mondialisation,
protection des emplois face à la concurrence chinoise, politique familiale...).


 


Je suis donc d'accord avec toi sur le fait que le vote FN n'est pas uniquement protestataire. Par contre, la proportion 50/50 me semble correcte (elle a quasiment doublé le score des premiers
sondages où elle faisait les 10% qui correspondent, eux, au vrai vote d'adhésion) et la dimension sociale me semble non négligeable pour expliquer cette percée.


 


Bon dimanche et bon vote !