Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 13:25

Hier soir fut une rude soirée. Rien de catastrophique, je vous rassure... mais une succession de moments télévisés qui poussent à s'indigner puis à réfléchir.

 

Acte 1: "Money drop". Comme tous les soirs, en semaine, je regarde le jeu télévisé "Mot de passe" animé par Patrick Sabatier sur France 2 entre 19h et 19h40. Le principe est simple: en utilisant un seul mot, les candidats doivent faire deviner à une personnalité (venue faire sa promo) une liste de mots. Exemple: pour faire deviner "escargot", vous dites "animal", "gluant" et "Bourgogne". Voilà une façon ludique de faire deviner des mots en vérifiant qu'on en connaît l'exacte définition et en jouant avec les subtilités de la langue française. En attendant le 19h45 de M6 (un journal complet et très pédagogique), je zappe sur TF1 pour regarder les dernières minutes du nouveau jeu de la chaîne, intitulé "Money drop" et animé par l'excellente Laurence Boccolini. Le principe est simple: au départ, un couple dispose de 250 000 €uros en liasse de billets et, à chaque question, il mise une partie de cet argent sur les 4 réponses proposées... Les liasses misées face aux mauvaises réponses sont perdues. Il faut répondre à huit questions. Hier soir, un couple semblait bien partie: à la 8ème question, il disposait encore de 210 000 €uros, n'ayant donc perdu que 40 000 € par de mauvaises mises aux sept questions précédentes. Sauf que la 8ème question est "quitte ou double": une question, deux propositions et l'obligation de miser la totaliser de la somme possédée. Le couple avait donc une chance sur 2 d'empocher un méga-pactole et une sur 2 de tout perdre, et repartir comme il était venu ! La question était la suivante: "Entre Secret Story saison 1 et L'île de la tentation saison 1, laquelle a été diffusée par TF1 l'année de la sortie en salles de Taxi 3?". Question, au demeurant, essentielle... qui va permettre au téléspectateur de sa cultiver ! Le couple mise, et se trompe. Envolés, les 210 000 €uros !

 

Les liasses tombent dans un puits et sont récupérés, quelques mètres plus bas, par un videur de boîte de nuit, en costard noir et blanc, qui les range dans une malette. Ce mec baraqué n'est pas le seul: à vue d'oeil, le plateau en compte quatre ou cinq, payés à ne rien faire (comme les blondasses d'autres jeux télévisés) ou plutôt à donner encore plus de lourdeur à l'ambiance du jeu. Une musique effrayante, de longues minutes d'attente et de silence complet. Et, à la fin, un couple qui retient ses larmes. Quel intérêt d'évoquer ce jeu, ici? D'une part, j'avais envie d'exprimer ma colère face à l'existence d'un tel programme, typique du TF1 qu'on déteste. Aucune imagination de la part des dirigeants de la chaîne puisque le concept vient directement des Etats-Unis. Aucune envie de récompenser des candidats sur leur culture générale puisque le couple pré-cité à chuter sur une question portant sur la date de lancement d'une télé-réalité de la chaîne, comme si un tel programme faisait partie d'une quelconque "culture générale française". Je passe sur le nom, évidemment anglais, du programme: la 1ère chaîne ne doit pas compter assez de cerveaux pour imaginer un titre en français... Le pire de tout, c'est cette tendance à faire miroiter aux candidats, et au public qui regarde l'intégralité du jeu (or, les audiences sont tout aussi brillantes que celles de Secret story, diffusé une heure plus tôt !), la possibilité d'un gain aussi astronomique en si peu de temps: ici, gagner 210 000 €uros (deux fois le prix d'une maison que je vais mettre 25 ans à rembourser, au prix d'un crédit qui va permettre à ma banque d'empocher 50 000€ de gains à travers le taux d'intérêt !) en trois quarts d'heure ! Quand on pense qu'un gagnant de "Questions pour un champion" (exercice autrement plus stimulant et intelligent) ne peut espérer gagner qu'un dixième de ce montant à condition de battre 20 adversaires en cinq émissions consécutives !! L'esprit TF1 me dégoûte de plus en plus...

 

Acte 2: les nouvelles révélations du clan Kennedy. Passé l'effarement de ces 5 minutes devant un programme "made in TF1", je zappe sur M6 pour regarder le journal du soir. La crise boursière est évidemment en "Une". Un sondage, réalisé sur le site de la chaîne, révèle que 70% des Internautes estiment que le gouvernement ne sortira pas le pays de la crise et qu'il ne peut rien face à la toute-puissance des marchés. Tu m'étonnes ! Le fait marquant du jour, c'est la baisse de 5% du CAC 40 après une journée de toute petite hausse, mardi. Et cette conclusion d'un journaliste: la réunion express à l'Elysée n'a pas rassuré les marchés... Quel dommage ! D'autant que le ministre de l'Economie, M. Baroin, qui annoncera les mesures définitives à la fin du mois, se donne bien du mal pour rassurer les marchés et permettre à la France de conserver son triple A: un enjeu de grande importance ! Le journal s'achève sur un sujet qui suscite la curiosité: un film d'entretien, réalisé par un ami de Jackie Kennedy, dans lequel l'ex Première dame américaine se confie au lendemain de l'assassinat de son époux, sera bientôt diffusé outre-Atlantique. Et, il contient des révélations fracassantes: en l'occurence, qu'excédée par les infidélités de son mari, Jackie a elle aussi eu des aventures extra-conjugales. Ceci dit, ça ne changera pas la face du monde... sauf quand le reportage se conclut par cette phrase: "c'est la fille Kennedy, Caroline, qui a donné son autorisation à cette diffusion, normalement impossible avant au moins 30 ans, contre un chèque de 10 millions de dollars". Patatras: encore une affaire de fric ! Période maudite !

 

Acte 3: le Real mise sur un gamin. Après le 19h45, je continue t'étancher ma soif d'info en visionnant le 20 heures de France 2, présenté par la ravissante et talentueuse Marie Drucker. En fin de journal, un reportage est consacré à Leonel Angel Coira, 7 ans. Son nom ne vous dit rien. Mais, dans 15 ans, il sera peut-être une star du ballon rond, multimillionnaire comme certains de ses aînés. Pourquoi fait-il l'actualité? Parce qu'il vient d'être recruté par le Real de Madrid, qui l'a repéré pour ses talents de jeune footballeur et qui veut en avoir l'exclusivité. En clair: le club espagnol va assurer sa formation sportive et lui fera signer, à ses 16 ans, un contrat professionnel. Une sorte de mise sur un espoir qui rapportera quelques millions d'€uros au club dans quelques années. Dans le sujet diffusé, une pédopsychiatre dénonce une telle mise qui s'apparente à un investissement en bourse. Or, il s'agit d'un être humain, d'un jeune enfant... Mais, l'époque veut cela. Les hommes sont devenus des numéros, des objets que les marchés, les patrons, les recruteurs s'échangent ou traitent sans la moindre considération à condition que cela leur rapporte un maximum d'argent. Je crois que ma détestation de l'argent-roi, de cette époque que la grande crise de 2008 semble avoir décuplée, atteint ses limites.

 

Mais, je ne veux pas rester dans l'indignation, nécessaire mais insuffisante. En tant que citoyen, je dois réagir. Nous devons réagir. D'où cette double proposition, qu'un(e) futur(e) président(e) de la République pourrait faire adopter, dès son accession à l'Elysée, pour faire de la France le pays qui aura fait le premier pas et qui pourrait ainsi servir d'exemple àaux autres Etats. 1- Créer un salaire maximal, incluant aussi bien la part fixe que la part variable (primes aux résultats et autres bonus), valables pour tous les salariés français, qu'ils soient cadres dirigeants, chefs d'entreprises (privées comme publiques) ou grand sportifs: montant à déterminer. 2- Fixer un plafond maximal de gain possible aux divers jeux (télévisés, de grattage, de pari qu'ils soient ou non en ligne). Bref, redonner à l'argent et au travail les valeurs que Sarkozy a échoué à leur redonner. Faire comprendre aux citoyens, notamment à nos enfants, que pour gagner de l'argent, il ne suffit pas d'être dealer ou de postuler à un jeu télé... mais qu'il faut le mériter en travaillant. Les lobbies (Française des jeux, sociétés de paris en ligne, sociétés de production...) y feront obstacle. Faire miroiter des sommes de rêve, c'est pour eux engranger un bénéfice proportionnel à l'espoir suscité chez les citoyens. Au mépris du risque qu'ils leur font courir: combien, chaque année, les jeux d'argent entraînent-ils de cas de dépendance conduisant au surendettement d'un foyer? Et combien sont indirectement liés à des suicides? Ce serait presque une question de santé publique !

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Actualités diverses
commenter cet article

commentaires