Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un monde meilleur: citations

Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des gens de bien
(Edmund Burke, homme politique et philosophe irlandais du XVIIIème siècle).

 

La politique, c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire
(Jacques Chirac, phrase de campagne lors de la présidentielle de 1995).

 

Ma génération a bâti les murs de l'UE; votre génération devra en décorer l'intérieur
(François Mitterrand, à Henri Emmanuelli, à l'occasion d'un entretien en tête-à-tête).

 

Dans les pyramides du pouvoir, les ovaires c'est comme l'oxygène: ça se raréfie avec l'altitude
(Isabelle Alonso, ancienne présidente des Chiennes de garde, mouvement féministe).

 

“A une juste guerre, préférons une injuste paix” (Samuel Butler)

 

“Les guerres surviennent toujours entre deux Etats de paix. Alors, supprimons la paix et nous n'aurons plus de guerre
(
Almanach de l'Os à moelle, pensée du 17 octobre 1980)

“C'est dans son coeur qu'il faut construire la paix” (Dalaï-Lama)

“Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit”
(
René Cassin, in "Déclaration universelle des Droits de l'Homme", 1948)

“Il est plus facile de
faire la guerre que la paix” (
G. Clemenceau, Discours de paix, 1919)

“Il n'y a jamais eu de bonne guerre ni de mauvaise paix” (Benjamin Franklin, Lettre à John Quincy, 1783)

“Deux coqs vivaient en paix: une poule survint,-Et voilà la guerre allumée”
(
Jean de La Fontaine, Fables "les Deux Coqs")

“On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix” (Dictionnaire Le Littré)

“La paix, c'est de la
guerre ailleurs”
(
Jacques Prévert)

“S'irriter d'un reproche, c'est reconnaître qu'on l'a mérité” (Tacite, historien romain des Ier et IIème siècles après JC)

Petite présentation du blog... et de son auteur

Nouvelle DonneDe 2005 à 2012, j'ai tenu un blog intitué Jes6 ("Justice, Equité, Solidarité, pour une VIème République"), réagissant aux faits d'actualité et aux décisions de la présidence Sarkozy.

Homme de gauche, l'élection de François Hollande a été une bonne nouvelle, l'ouverture d'une nouvelle phase...

Mais, mon métier m'a éloigné de la blogosphère.

Déçu par la politique menée, mon militantisme socialiste s'est petit à petit éteint. Fin 2013, la création d'un nouveau parti, Nouvelle Donne, a rallumé la flamme d'un citoyen qui perdait son optimisme. Alors que 2014 est une année électorale, qui s'annonce donc passionnante sur le plan politique, j'espère reprendre le chemin de mon clavier pour alimenter un blog auquel je veux donner un nouveau souffle !

 
Né en Picardie en 1986, j'ai grandi, étudié et travaille toujours dans cette région: je suis aujourd'hui professeur d'Histoire-géographie dans un collège de l'Aisne et mon métier est ma passion ! La politique, qui permet aux uns de s'investir pour changer la vie des autres, m'attire depuis le plus jeune âge.

De 2006 à 2009, j'ai fait partie de la première fournée de CRJ (Conseillers Régionaux Jeunes) élue au suffrage direct par les jeunes de 16 à 25 ans de ma région: ce mandat de trois ans m'a donné l'expérience du travail d'équipe et l'opportunité de contribuer à des projets concrets.

 

De 2006 à 2010, j'ai été militant au PS, participant à la campagne présidentielle de Ségolène Royal puis aux municipales de 2008 au cours desquelles je fus, moi-même, candidat sur une liste d'opposition au maire sortant. A quelques voix, j'aurais pu être conseiller municipal !

Ecologiste convaincu, je me décris volontiers comme progressiste et humaniste: changer le monde, changer l'Europe, changer la France. Les défis sont nombreux. Placer l'homme au coeur d'un système gangréné par l'argent et les puissances hors-sol anti-démocratiques, quel défi !

 

La renaissance de mon blog n'est pas une rupture: dans la colonne de droite, vous pouvez accéder à mes "Archives Jes6" (où je souhaite garder la trace de ces pages de propositions Oiseau-bleu-de-Magritteque j'ai rédigé pendant ces années) ansi qu'aux principales communautés auxquelles je continuerai de contribuer, qu'il s'agisse de "Réformer la France", "La voix des Européens" ou "Pour un monde meilleur" que j'ai créé avec l'ambition d'en faire une plate-forme utopique où puissent s'exprimer les rêves les plus fous d'un monde pacifié, démocratisé et équitable des blogueurs optimistes.

 

Sur "AurelR le citoyen", je vous souhaite de bons moments de lecture.

N'hésitez pas à publier vos commentaires, à me suivre via la newsletter du blog, ainsi que les réseaux sociaux (notamment sur Twitter: @AurelienRoyer86 et les hashtags #reprendrelamain, #bonsenscitoyen, #mondemeilleur), ou à me contacter par mail (en attendant de la renouveler): contact@jes6-leblog.eu

25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 12:52

Qui pour affronter Obama en 2012? Le camp d'en face (les républicains) a déjà entamé le marathon qui désignera son champion. A l'été prochain, lors d'un grand rendez-vous médiatique, l'un ou l'une des candidats sera investi: son parti se mettra alors en ordre de marche pour le soutenir et faire tomber le Président sortant. Entre-temps, Etat par Etat, les citoyens américains de droite voteront pour départager les prétendants. L'effet Ségo (décrit dans un précédent article) n'existe pas qu'en France: déterminée et sûre d'elle, celle qui aurait pu devenir vice-Présidente de la 1ère puissance mondiale, Sarah Palin, n'a pas ménagé ses efforts... en vain. Ancienne gouverneure de l'Alaska (poste dont elle a démissionné pour se concentrer sur son destin présidentiel), elle a joué un rôle majeur dans le redressement du parti républicain depuis 2008. Initiatrice, avec d'autres femmes, du mouvement des "Tea party" (qui est au parti républicain ce que le courant de la "Droite populaire" est à l'UMP), elle joue les stars, prodigue ses analyses politiques sur des chaînes ultra-conservatrices (hostiles, par principe, aux démocrates), met en scène sa famille et affiche son ambition sous la forme d'une sorte de mission divine pour sauver l'Amérique. Heureusement, l'illuminée de l'Alaska ne devrait jouer que les seconds rôles dans cette primaire !

 

Mais, il y a pire: Michelle Bachman (photo de droite), élue à la Chambre des représentants, où elle a constitué un sorte de groupe parlementaire Tea party. Cette femme, qui est entrée dans l'arène politique américaine avec le projet de supprimer l'enseignement Michelle Bachmannfédéral (que certains citoyens américains critiquent au point, quand ils ont de l'argent, de mener l'éducation de leurs enfants à la maison), croit en sa bonne étoile. Dieu lui aurait donné la mission de diriger le pays et d'appliquer le programme de son parti. Comme tous ses condisciples républicains, elle joue sur le terrain de l'anti-obamisme. Son projet? Détruire ce que l'administration démocrate a bâti (entre autres, ce système de santé solidaire et fédéral qui permet aux plus précaires d'accéder à des soins qu'un système privé ne leur offrira pas) et appliquer à 100% le projet ultra-libéral de son parti (baisse généralisée des impôts, privatisation des missions de service public pour dégraisser un Etat trop présent, coûteux et inefficace), sans oublier les incontournables du projet conservateur américain (interdiction des IVG et du mariage homosexuel, ainsi que le refoulement systématique de tous les immigrés). Sa particularité? Hégérie du Tea party, la frange la plus droitière des républicains, elle a incarné, l'été dernier, le refus absolu de réhausser le plafond de la dette américaine, préférant les conséquences d'un défaut de paiement de l'Etat qu'une compromission à ses idéaux anti-étastistes. Le risque d'une telle candidature? Michelle Bachmann a remporté le "vote de paille", surnom donné à un vote blanc grandeur nature organisé dans l'Iowa pour donner le coup d'envoi de la primaire républicaine. Autrement dit, elle a toutes les chances de figurer dans les premières places !

 

Autre prétendant: Rick Perry (photo de gauche), gouverneur du Texas depuis 2000, date à Rick-Perry.jpglaquelle il récupère le poste laissé vacant par un certain George W. Bush, appelé à rejoindre la Maison-Blanche ! Lui aussi incarne la lutte contre l'Etat interventionniste et obèse qui effraie tant les libéraux. Sa grande fierté? Détenir le record du plus grand nombre moyen d'exécutions sous un mandat de gouverneur. Avec 234 exécutions en un peu moins d'onze années (soit une exécution toutes les deux semaines environ), il s'est fait bruyamment applaudir par les spectateurs assistant au premier débat de la primaire républicaine. Loin d'incarner le progrès et le partage, cet homme semble également plutôt bien placer dans une course présidentielle qui ne devrait pas permettre aux plus modérés de tirer leurs éplingles du jeu. Un commentateur américain, proche du parti à l'éléphant, expliquait ainsi que le candidat idéal, attendu par l'électorat de droite, n'avait plus le profil d'un John McCain, jugé trop mou et pas assez radical. Le scénario le plus probable laisse donc supposer la victoire d'un ultra qui tirera, à fond, la ficelle de l'anti-obamisme, seule chance pour les républicains de l'emporter. Les électeurs américains, qui n'imaginent sans doute ce que provoquerait l'application du programme du Tea party, risquent d'en vouloir au président Obama (élu comme le Messie) de ne pas avoir résolu la crise de 2008, dont il n'est en rien le responsable. Mais, comme en France, les décisions prises n'apportant aucun résultat palpable, le peuple constate l'incapacité de ses dirigeants de changer les choses et de résoudre leurs problèmes... sans forcément voir que l'alternative proposée serait bien pire ! A moins que, usant de la même habileté qui fait de Nicolas Sarkozy un candidat redoutable, le président américain s'en sorte par des promesses alléchantes et convaincantes !

 

La campagne américaine de 2012 s'annonce en tout cas au moins aussi passionnante (et fondamentale) que la présidentielle française. Deux rendez-vous à suivre sur Jes6 !

Partager cet article

Repost 0
Published by Aurelien Royer - dans Présidentielle américaine
commenter cet article

commentaires